De l'idée au crime parfait - Mon atelier d'écriture / Elizabeth George

Mis à jour : mars 9


En tant qu’autrice, je suis toujours curieuse de connaître le processus de création des autres auteurs ou artistes, et la manière dont ils composent, entre travail et vie personnelle. Ce qui explique en partie mon intérêt pour les journaux personnels ou les journaux de création. Sans doute ai-je besoin d’y puiser de quoi me rassurer sur ma propre pratique.

C’est pourquoi, voici quelques années, j’ai lu avec intérêt Mes secrets d’écrivain, un premier ouvrage d’Elizabeth George sur sa méthode d’écriture. Et c’est avec tout autant d’intérêt que je viens de lire De l’idée au crime parfait - Mon atelier d’écriture.

On ne trouvera pas, dans ce second ouvrage, de réelle nouveauté « théorique » par rapport au premier opus, très riche, à cet égard, en informations et exemples puisés dans les grands textes de la littérature anglo-saxonne. Et c’est normal, car ce n’est pas ici le propos d’Elizabeth George. On y trouvera quelque chose de bien plus précieux et d’unique : un écrivain à l’œuvre, au quotidien, de la première idée à la dernière relecture du texte prêt à être envoyé à l’éditeur. Et cela mis en lumière pas à pas, à travers la présentation du processus de conception et d’écriture d’un roman spécifique : Le Rouge du péché.

Elizabeth George appartient, elle le dit elle-même, à la catégorie des écrivains qui n’écrivent pas « à l’instinct ». Avant d’en arriver aux mots, elle a besoin de s’appuyer sur une importante documentation préparatoire, d’avoir une connaissance approfondie des personnages qui peupleront son roman, et d’avoir établi les principaux jalons de son intrigue. Un travail en amont impressionnant, il faut le reconnaître !

« Nous avons tous notre manière d’aborder les choses dans la vie, et pour moi, écrire un roman ne consiste pas à m’asseoir devant mon ordinateur […] pour pondre à la va-vite un premier chapitre et prier pour que les autres suivent. Il n’est pas question d’attendre que les astres soient alignés, ni d’espérer que l’esprit de Dorothy L. Sayers se réincarne au bout de mes doigts. [ …] Cette approche ne fonctionne pas pour moi, elle m’angoisse trop. Si j’essayais d’écrire un roman ainsi, il est probable que soit mes idées s’épuiseraient trop vite, soit ma progression se muerait en une lente agonie angoissée. Ma méthode me permet d’éviter ces écueils. » (EG)


C’est ainsi que dans ce livre, l’autrice nous explique avec générosité toutes ses étapes de travail, sa manière de procéder. Les recherches, les déplacements sur les lieux qui serviront de décor, les photos, les notes abondantes, et la manière dont elle s’en servira ensuite. Ce qui fera que la toile de fond sera bien plus qu’une toile de fond : un élément significatif. Ses fiches-personnages, dont elle nous offre de lire le contenu in extenso, pour quatre des protagonistes du roman. Sa manière de bâtir la trame, de préparer les scènes, extraits du livre à l’appui et commentaires de chacun de ces extraits sur sa mise en œuvre et son but, sa raison d’être dans l’économie du roman.

Difficile d’être exhaustive. Je soulignerai donc seulement le chapitre sur les différentes fonctions d’un dialogue dans un roman, et l’analyse qu’EG fait de ceux donnés en exemple : ses intentions en les écrivant, leur rôle à ce moment de l’intrigue, les moyens concrets employés pour qu’ils remplissent ce rôle.

Bref, De l’idée au crime parfait - Mon atelier d’écriture est une radiographie du work in progress. Une porte grande ouverte sur le bureau de l’autrice, et une invitation à nous pencher au-dessus son épaule pour suivre son travail sur Le Rouge du péché, du début à la fin.

Elizabeth George nous livre également sa routine (« après tout, l’écriture est un métier »), la place qu’elle donne à la préparation et l’écriture du roman dans ses journées, ses semaines, y compris en déplacement.


Est-il étonnant, dans ces conditions que, pour elle, la maîtrise de l’écriture puise à trois sources : les connaissances techniques (que l’on trouvera aussi dans cet ouvrage), une lecture nourrie et … beaucoup de travail !


De l’idée au crime parfait - Mon atelier d’écriture, Presses de la Cité, 2021

Mes secrets d’écrivain, Presses de la Cité, 2006

#Delidéeaucrimeparfaitmonatelierdécriture #NetGalleyFrance

104 vues0 commentaire